"Les Tueurs de la Lune de Miel"
CD
1. Flat
3. Décollage
4. Rush
5. Fonce à mort
6. J4
7. Route Nationale 7

Le 2e album du groupe belge, pop et provocateur, emmené par le regretté Yvon Vromman. Les Tueurs de la Lune de Miel/The Honeymoon Killers  avaient réussi l'exploit de séduire simultanément les radios et télés françaises & belges (avec leur reprise du "Route Nationale 7" de Trénet) et la presse musicale anglaise (ils sont l'un des rares groupes chantant en français à avoir fait la une du sacro-saint New Musical Express).
 
Le groupe comprenait également la chanteuse Véronique Vincent, Gérald Fenerberg, Jeanf Jones Jacob III et les membres d’Aksak Maboul, Marc Hollander (également fondateur de Crammed) & Vincent Kenis.    

La réédition de l'album en 2003 comprend également plusieurs inédits (4 titres live avec Aksak Maboul et un morceau enregistré pour une cassette du NME), ainsi que les trois titres qui figuraient sur le "Subtitled Remix EP" (en 1983, suite au succès de l'album, les Anglo-Saxons suggérent aux Tueurs d’enregistrer des versions anglaises de certains titres. Les Tueurs optent pour une solution inédite: le “sous-titrage” !... ou plutôt le parasitage des chansons originales par de nouveaux personnages, qui s’expriment en anglais: la Haïsseuse d’Hélicoptères mène une vie parallèle à celle de l’héroïne de “Histoire à Suivre”, Mummy & Jason commentent la scéne de ménage de “J4”, et Docteur Stone, Max et Colonel Fifi LaFièvre transforment l’instrumental “Ariane” en un mini-space opera intitulé “A Deep Space Romance”).



Les Tueurs dans la presse


“Quelque part entre Maurice Chevalier et James Chance... esthétique post-punk, rythmes martelés un mélange rare d’agression sonore et de discipline... Véronique Vincent chante comme une France Gall désaxée, sourit comme la Bardot, et reste malgré tout aussi glaciale qu’un réfrigérateur... Yvon Vromman est le Père Fouettard du rock” (Frankfurter Allgemeine Zeitung, Allemagne, 81)

“Que de tension entre la musicalité de Marc et les agissements démoniaques d’Yvon... Véronique est un nuage déguisé en sirène... Ils ratissent très large: orgue à la Booker T, bottleneck louche, rythmes qui passent du rock au funk brillant et souple, au swing, en passant par des tours de manèges de foire à s’en rompre le cou – tout ce qu’ils touchent acquiert leur style inimitable, et passe du cru au saignant au cuit au carbonisé.” (NME, UK, 1984)

“Les Tueurs de la lune de miel, c’est drôlement bien. On (y) trouve toutes les couleurs musicales nouvelles, tout ce qu’on aime. Ces Belges-là font ça en déconnant, ils sont empreints de modernité et d’éclectisme... “ (Berroyer, Le Matin de Paris, 82)

“Groupe belge légendaire et psychopathe, les Honeymoon Killers ont fini par accoucher d’un album-monstre. Un tohu-bohu de lutins psychopathes, hérissé de piaillements , de guitares griffées, d’orgue forain et de percussions mongoliennes. Les textes, aboyés par un Tueur enroué ou susurrés par une suave nymphette, font reculer les limites de l’insanité organisée” (Actuel, 1982)



*  *  *  *  *

Les Tueurs et leur 2e album, vus par Gilles Verlant


La qualité principale des Tueurs de la Lune de Miel – et le défaut qui les immola prématurément sur l'autel de la pop eighties – était qu'ils voyaient tout en double. Drame récurrent chez les Belges en général, les artistes en particulier, ils étaient furieusement schizophrènes: leur nom, déjà – en v.o. ou en v.f. ? The Honeymoon Killers, comme le film serial-killer de Leonard Kastle, 1970, avec Shirley Stoler et Tony Lo Bianco ? Ou alors les Tueurs de la Lune de Miel, avec l'amusante dualité entre les termes menaçants (Tueurs) et rassurants (Lune de Miel, faut tout vous expliquer) ? On peut pas choisir, alors on mettra les deux, et le public se démerdera. Et puis d'abord, c'est qui le chef, en tout cas, celui qu'on prend en photo pour la presse ? C'est Yvon Vromman, qui est tout vilain et mal rasé avec son gros nez mais qui est rigolo à mourir (de fait, il en meurt, trop tôt), avec son côté boule de nerfs, le genre de psychopathe prêt à vous péter dans les pattes au moindre pet de travers ? Ou alors l'évanescente Véronique Vincent, ex-mannequin et journaliste, dont il est dit sur la pochette du 33 tours d'origine qu'elle est "habillée par Anne Frère" (alors que le rock n'était pas encore fashion, à l'époque) ? En 1982, le New Musical Express ne se pose pas la question: c'est la fille qui fait la couve. On voit d'ici la tronche d'Yvon, pas jouasse - après tout, c'était son groupe, à l'origine. À terme, la rivalité va les miner, au point de les faire imploser en vol. Mais la schizophrénie ne s'arrêtait pas là: clairement, deux directions musicales tiraillaient le combo. L'énergie héritée du punk et de la new wave d'un côté, la réelle compétence musicale de certains de ses membres de l'autre. Ce qui les unissait: l'envie de rire, d'expérimenter, de se jouer des références, en se moquant éperdument de ce qui était "in" ou "out" (du coup, leurs chansons n'ont pas vieilli, ce que l'on ne dit pas souvent d'un disque enregistré en 1981 ; et que dire des "Subtitled Remix" de 1983 qu'on dirait enregistrés avant-hier ?). Hey les gars, et si on faisait des reprises destroy de "Laisse tomber les filles", de France Gall, et de "L'Heure de la sortie" de Sheila ? Ouais, chouette idée. Mais pas question de se moquer du "Nationale 7" de Charles Trenet: c'est sacré. Moralité: leur version devint un tube radio en France et le mensuel Actuel, le magazine "nouveau et intéressant" des "jeunes gens modernes" leur consacra des papiers longs comme le bras.

En réalité, les Tueurs de la Lune de Miel étaient un groupe du 21ème siècle malencontreusement tombé dans une faille spatio-temporelle. Aujourd'hui, tout ce qu'ils tentaient d'imposer avec leurs petits poings serrés (et leurs langues fermement vissées dans la joue) est devenu évident: la fantaisie, le second degré, les clins d'œil, le mélange électro-pop-world-jazz, et j'en passe. Il faut reformer les Tueurs. Yvon, fais pas le con, reviens, tout est pardonné !

 (texte rédigé à l'occasion de la réédition CD de l'album "The Honeymoon Killers" en 2003)


Releases

VéRONIQUE VINCENT & AKSAK MABOUL - Ex-Futur Album
VéRONIQUE VINCENT & AKSAK MABOUL
Ex-Futur Album
cram014
THE HONEYMOON KILLERS - Special Manubre
THE HONEYMOON KILLERS
Special Manubre
cram141
THE HONEYMOON KILLERS - Les Tueurs de la Lune de Miel
THE HONEYMOON KILLERS
Les Tueurs de la Lune de Miel
cram013
THE HONEYMOON KILLERS - Les Tueurs de la Lune de Miel
THE HONEYMOON KILLERS
Les Tueurs de la Lune de Miel
cram103